« Atari était très, très difficile » Nolan Bushnell sur Atari, 50 ans plus tard

« Atari était très, très difficile » Nolan Bushnell sur Atari, 50 ans plus tard

Cela fait 50 ans que Nolan Bushnell a cofondé Atari, qui a fait connaître les jeux vidéo au grand public. Pour fêter l’événement, nous avons demandé à Bushnell ce qu’il avait appris au cours des premières années et ce que nous avons perdu de vue depuis.

Atari à l’époque de Nolan Bushnell

Lorsque vous entendez le nom « Atari », si vous êtes d’une certaine génération, vous pensez peut-être à une période située à la fin des années 1970 et au début des années 1980, lorsque la console de jeux vidéo Atari 2600 semblait inarrêtable. Mais avant que Warner Communications ne rachète Atari en 1976, la jeune société a connu quatre années sauvages d’incertitude et de succès pendant que ses employés innovaient sans relâche une toute nouvelle catégorie de divertissement électronique.

La force créatrice qui a guidé Atari pendant cette période était Nolan Bushnell, qui a cofondé la société avec Ted Dabney le 27 juin 1972 à Sunnyvale, en Californie. Bushnell et Dabney avaient déjà travaillé ensemble sur le premier jeu vidéo d’arcade au monde, Computer Space, chez Nutting Associates, et ils étaient prêts à prendre l’entreprise plus complètement en main. Ils obtiennent rapidement un succès monstre avec le jeu d’arcade Pong à la fin de l’année 1972, qui donne lieu à des imitations qui répandent les jeux vidéo dans le monde entier. Mais Atari n’est pas au bout de ses peines, car de grands noms se jettent sur le marché.

En gardant cela à l’esprit, et à l’occasion du 50e anniversaire d’Atari, nous avons pensé qu’il serait amusant de parler des leçons tirées des premières années de Bushnell dans cette société pionnière. M. Bushnell s’est exprimé par téléphone et ses réponses ont été modifiées pour des raisons de formatage.

Vous voulez gagner la course à la publicité ?

Benj Edwards, How-To Geek : Pensez-vous que l’industrie du jeu vidéo a perdu de vue certaines innovations des premiers jours d’Atari ?

Nolan Bushnell : Un peu. Rappelez-vous qu’Atari a été fondé en tant que société de jeux à pièces. Et les machines à sous exigent qu’un débutant se mette au jeu presque instantanément sans lire d’instructions. Donc la simplicité de l’embarquement est perdue par beaucoup de gens en ce moment.

HTG : Si vous jouez à un jeu moderne, vous devez vous asseoir et attendre le chargement, passer par un tutoriel, regarder toutes les scènes d’animation, et il faut attendre une heure dans le jeu avant de pouvoir enfin jouer.

Nolan Bushnell : Oui.

HTG : Qu’est-ce que vous avez fait de « bien » dans les premières années d’Atari et dont les gens pourraient s’inspirer aujourd’hui ?

Bushnell : Nous avons fait une très bonne image de marque. Je pense qu’en ce qui concerne nos badges graphiques, notre logo et tout le reste, nous voulions avoir un look distinct. Je pense que ça a tenu le coup. À l’heure actuelle, le logo Atari est la seule chose qui soit encore très vivante.

Couvertures de huit prospectus de jeux d’arcade datant du début et du milieu des années 1970.

HTG : Apple a également utilisé l’image de marque iconique avec succès, et Steve Jobs était l’un de vos premiers employés. Pensez-vous que cela a déteint sur Apple ?

Bushnell : Je le pense, car Jobs avait l’habitude de venir chez moi le dimanche matin sur sa moto. Nous buvions du thé et parlions de choses et d’autres. J’ai parlé de l’importance de l’image de marque, des palettes de couleurs et de ce genre de choses, de la façon dont une marque et un look ont de multiples facettes. On n’a jamais vraiment pensé à une palette de couleurs comme étant unique à une entreprise, et pourtant c’est axiomatique.

HTG : Alors Steve Jobs avait l’habitude de traîner chez vous ?

Bushnell : Oui, il vivait – j’étais en haut d’une colline, et lui était plus bas dans les terrains, mais je pouvais presque lancer une pierre et la poser sur son toit.

HTG : Il vivait seul à cette époque ?

Bushnell : Oui. Une grande maison, pas de meubles. Aussi simple que cela. [Rires]

HTG : Alors allons dans le sens inverse maintenant. Qu’est-ce que vous avez « mal » fait chez Atari et dont les gens pourraient s’inspirer aujourd’hui ?

Bushnell : Je pense que je – comment dire ça sans passer pour un connard ? J’ai supporté l’incompétence plus que je n’aurais dû. J’aurais dû être plus rapide à licencier.

HTG : Eh bien, vous n’êtes pas né manager, n’est-ce pas ? Vous étiez surtout un ingénieur…

Bushnell : Eh bien, ce n’est pas tout à fait vrai. Rappelez-vous que j’ai géré 150 enfants dans un parc d’attractions. C’était en quelque sorte mon MBA, j’ai toujours pensé. C’était un travail d’été, et ce n’était pas comme gérer un groupe d’ingénieurs, mais il était important que tout le monde soit heureux et travaille. Tout comme la gestion des chiffres – les pourcentages de main-d’œuvre et autres choses du genre.

HTG : J’ai lu une citation tirée d’un manifeste que vous avez écrit dans les premiers jours d’Atari qui disait quelque chose comme « Si les gens sont heureux et que l’entreprise est heureuse, alors de bonnes choses arrivent. » D’où vous est venue cette philosophie de gestion de type égalitaire ?

Bushnell : C’était vraiment dans l’air. Rappelez-vous, c’était l’été de l’amour et le mouvement hippie dans le nord de la Californie. Je veux dire, nous avions tous nos costumes de hippies, et nous allions poser les week-ends, et être des hippies. Je veux dire, la pose totale. [Rires]

Il y avait une sorte d’éthos dans l’air. Il y avait des manifestations contre la guerre du Vietnam et des choses comme ça, tu sais. Tout le monde testait le statu quo.

HTG : Ferais-tu quelque chose de différent si tu pouvais revenir en arrière et changer l’histoire d’Atari ?

Bushnell : Je pense que j’aurais été plus rapide pour automatiser certaines choses. Nous étions à court d’argent, et nous étions très peu regardants sur les installations et les procédures que nous avions.

HTG : C’est parce que vous étiez des hippies.

Bushnell : [Rires] Oui, je suppose.

« Nous n’avons jamais eu assez d’argent »

Lorsque le moment est venu de développer et de commercialiser une console de jeu vidéo de salon plus avancée avec des cartouches (la 2600), Atari avait besoin de capitaux, et Bushnell a vendu sa société à Warner Communications. Bushnell est resté chez Atari jusqu’au début de l’année 1979, manquant à la fois les années de succès monstre de la 2600 et l’échec spectaculaire d’Atari juste après. (A ce moment-là, il travaillait sur Chuck E. Cheese, mais c’est une toute autre histoire).

HTG : Regrettez-vous d’avoir vendu Atari au moment où vous l’avez fait ?

Bushnell : Oui et non. J’ai vraiment aimé ma vie après l’avoir vendu. Je me suis marié, j’ai eu ma maison, j’ai mis un peu d’ordre dans ma vie personnelle. Atari était très, très dur. Et nous n’avions jamais assez d’argent. Nous le gérions comme si nous allions le rendre public, et puis le marché a en quelque sorte dérapé.

Si j’étais allé de l’avant et que j’avais été en mesure d’introduire la société en bourse, j’aurais passé trois ou quatre ans de plus dans la course au profit et je ne me serais probablement jamais marié. Alors est-ce que ça aurait été une bonne aventure et est-ce que j’aurais gagné beaucoup plus d’argent ? Absolument. Mais sur le plan de ma vie personnelle, c’était définitivement une bonne chose à faire.

HTG : Quel est votre jeu Atari préféré qui a été publié par Atari ?

Bushnell : Tempest.

HTG : C’était en 1981, après que tu aies quitté la société. Tu y as quand même joué ?

Bushnell : Il était dans le laboratoire quand j’y étais.

HTG : Pourquoi aimez-vous Tempest ?

Bushnell : Je pense qu’il est très, très dynamique. C’est un de ces jeux qui était en quelque sorte tout seul, extrêmement innovant. Je ne peux pas penser à un autre jeu qui lui ressemblait et qui avait autant de niveaux différents, ce qui le rendait intéressant.

HTG : C’est une expérience en soi. Presque psychédélique.

Bushnell : Exactement. Je n’aurais pas dit ça, mais je pense que vous avez raison. C’était un peu trippant.

HTG : Quel genre de musique écoutais-tu en 1972 lorsque tu as fondé Atari ?

Bushnell : Les Beatles, Pink Floyd, les Who, Queen. Toutes ces musiques. J’aimais vraiment, vraiment Queen – je m’en souviens. Je vais vous en dire un autre que j’ai vraiment apprécié. ELO – Electric Light Orchestra. Beaucoup de gens ne les connaissent pas. J’ai trouvé toute l’idée des orchestres rock très fascinante.

HTG : C’est intéressant parce que quand je pense à ELO, je pense à la couverture de… quel est l’album avec le truc qui ressemble à un OVNI dessus ?

Bushnell : Out of the Blue.

HTG : Ça me rappelle le design d’Atari.

Bushnell : Oui. [surpris] Oui, tu as raison !

HTG : C’était en 1977. Il est possible qu’ils aient été influencés par Atari à ce moment-là.

Bushnell : Peut-être.

Au fil des décennies, Bushnell a prononcé des centaines de discours, réalisé des milliers d’interviews et discuté de presque tous les aspects possibles de l’histoire d’Atari. Mais une chose demeure : 50 ans, c’est long. Bushnell lui-même aura 80 ans l’année prochaine.

HTG : Que ressentez-vous lorsque quelqu’un vous dit : « Hé, cela fait 50 ans que vous avez créé Atari ».

Qu’est-ce qui vous vient à l’esprit ?

Bushnell : « Oh mon dieu, je suis si vieux que ça ? » [Ma fille aînée a eu 50 ans il y a un an, et je me suis dit : « Bon sang, ça veut dire que vous êtes sur la planète depuis longtemps si vous avez des enfants qui ont 50 ans. »

HTG : Et Atari est un peu comme l’un de vos enfants.

Bushnell : Sans aucun doute.

HTG : Je me disais justement que 50 ans est une étape importante. J’ai 41 ans maintenant, donc c’est la mémoire qui a dépassé ma durée de vie. Je ne peux pas m’imaginer essayer de me souvenir de ce qui s’est passé il y a 50 ans. Est-ce que certaines de ces choses du début des années 1970 sont encore fraîches ? Les souvenirs de cette époque vous reviennent-ils naturellement ?

Bushnell : Oui, pas mal. De plus, j’ai beaucoup de vieilles photos sur mon ordinateur, et je l’ai configuré pour avoir un Amazon Echo Show, et il fait défiler ma bibliothèque de photos. Cela me rappelle des choses tout le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Quitter la version mobile