Rivian, le constructeur de voitures électriques soutenu par Bezos, fait son entrée en bourse la plus importante depuis Facebook.

Rivian, le constructeur de voitures électriques soutenu par Bezos, fait son entrée en bourse la plus importante depuis Facebook.

La société valait brièvement plus de 100 milliards de livres sterling après son introduction en bourse, soit plus que Ford ou General Motors.

Le constructeur de voitures électriques Rivian, soutenu par Jeff Bezos, a levé plus de 11 milliards de dollars lors d’une vente en bourse qui a brièvement valorisé l’entreprise à plus de 100 milliards de dollars, dans l’une des plus grandes introductions en bourse jamais réalisées.

La vente d’actions de mercredi était la plus importante depuis Facebook en 2012 et a valorisé Rivian plus que Ford ou General Motors, même si avant la vente, la société a révélé avoir perdu plus de 2 milliards de dollars depuis le début de l’année dernière et n’avoir livré que 53 véhicules à la fin du mois dernier. Elle prévoit d’en livrer 1 000 d’ici la fin de l’année.

Soutenue par des investisseurs comme Amazon, Ford et la société d’investissement saoudienne Abdul Latif Jameel, qui a fait fortune dans le pétrole, la vente d’actions est une preuve supplémentaire de l’appétit des investisseurs pour le marché des véhicules électriques. Rivian se pose en rival de Tesla d’Elon Musk, qui vaut plus d’un milliard de dollars.

Rivian a annoncé tard dans la journée de mardi que ses actions commenceraient à se négocier à 78 dollars chacune, ce qui est nettement supérieur à la fourchette basse de 52 dollars par action qu’elle avait d’abord visée. Lorsque les actions ont commencé à être négociées sur le marché boursier Nasdaq, leur prix était de 106 dollars, ce qui valorisait la société à 90 milliards de dollars, mais il a augmenté au début de la négociation, poussant la valeur de Rivian au-delà de 100 milliards de dollars avant de terminer la journée à 86 milliards de dollars.

Plus de 20 banques d’investissement participent à la vente, avec en tête Morgan Stanley, Goldman Sachs et JP Morgan.

La hausse du prix reflète l’énorme demande d’actions des constructeurs de voitures électriques le jour où une série de sociétés automobiles et de pays se sont engagés à abandonner les combustibles fossiles d’ici 2040 ou avant, lors de la conférence sur le climat de la Cop26 à Glasgow.

Ce regain d’intérêt a propulsé Tesla, le pionnier de la voiture électrique, au rang des sociétés publiques mondiales qui pèsent un billion de dollars.

Contrairement à Tesla, Rivian n’a pas encore enregistré de revenus significatifs, et encore moins de bénéfices. Elle a révélé des pertes sur 2019 et 2020 de 1,4 milliard de dollars, ainsi qu’un emprunt de 2,5 milliards de dollars lorsqu’elle a déposé sa demande d’offre en octobre.

Toutefois, Rivian a l’avantage d’être soutenue par Amazon, fondée par Bezos, la deuxième personne la plus riche du monde après le patron de Tesla, Elon Musk.

La société a été lancée en 2009 par RJ Scaringe, un entrepreneur de 38 ans titulaire d’un doctorat en génie mécanique du Massachusetts Institute of Technology. M. Scaringe détient une part relativement faible (1,7 %) de l’entreprise, mais il dispose d’options lui permettant d’acheter davantage d’actions, ce qui pourrait le catapulter dans les rangs des super-riches si l’entreprise rencontre un succès auprès des investisseurs.

La vente d’actions ouvre le dernier round de la rivalité entre Musk et Bezos. Amazon détient 20 % de Rivian, et Bezos a roulé dans l’un des prototypes de SUV électriques de la société jusqu’à la rampe de lancement de son vaisseau spatial en juillet, faisant ainsi de la publicité pour le constructeur automobile.

Amazon s’est engagé à acheter 100 000 véhicules de livraison électriques à la startup d’ici 2025.

Le premier produit de Rivian, le R1, sera disponible en version pick-up ou SUV, en concurrence avec le Model X de Tesla et les SUV électriques de constructeurs plus anciens comme Ford et Audi, ainsi que de nouveaux entrants comme les Américains Fisker et Canoo, et le Chinois NIO.

Rivian fabriquera la R1 et les fourgonnettes commerciales dans une usine située à Normal, dans l’Illinois. Toutefois, c’est à Irvine, en Californie, que seront réalisés l’ingénierie et la conception de la voiture, notamment les travaux cruciaux sur la technologie de la propulsion et des batteries.

Selon Chris McNally, analyste automobile à la banque d’investissement Evercore ISI, la société pourrait réaliser un chiffre d’affaires compris entre 20 et 25 milliards de dollars d’ici 2025 si elle parvient à produire 350 000 véhicules par an dans cette usine.

%d blogueurs aiment cette page :